mardi 8 juin 2010

Les heures souterraines, D. de Vigan


Quatrième de couv'

Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu'au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l'attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n'ait été dit, sans raison objective, Mathilde n'a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu'elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.
Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l'attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l'immense solitude qu'elle abrite.
Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d'eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s'arrête. Autour d'eux s'agite un monde privé de douceur.
Les heures souterraines est un roman sur la violence silencieuse. Au coeur d'une ville sans cesse en mouvement, multipliée, où l'on risque de se perdre sans aucun bruit.

Ma lecture

Quel plaisir de retrouver l'envie de terminer un livre quitte à passer un très courte nuit..
Une écriture précise, vive, allant à l'essentiel.
Un ancrage réaliste et bouleversant sur la perversité et la violence en entreprise.

Deux tournants de vie mis en parallèle durant une journée: celle d'une femme qui subit un harcèlement moral inhumain et un homme qui décide de mettre fin à une relation de dépendance amoureuse.

 J'ai vraiment aimé la manière dont est construit le récit, beaucoup d'attentes, de surprises, de compassion envers les héros et les autres, ceux que Thibault croise au cours de cette journée de garde, beaucoup d'émotion aussi.

J'ai découvert Delphine de Vigan et j'ai vraiment envie de lire d'autres romans d'elle.
Vous la connaissez?

12 commentaires:

Nefertiti a dit…

tu m as donnee envie de le lire je vais essayee de le trouvee en France quand j irais,merci ;O)

anyuka a dit…

Ca me donne envie de lire celui-ci très vite !
De cet auteur j'ai lu il y a longtemps "Jours sans faim", sous le nom de Lou Delvig, puis j'ai adooooré "No et moi"...
Bizzzzzz

Océane a dit…

Waow !! Très bon résumé ! je suis intriguée !

Le Journal de Chrys a dit…

J'ai lu No et moi que j'avais beaucoup aimé, un peu moins Les jolis garçons.
Ton billet donne envie!!!

madamezazaofmars a dit…

Non je ne la connais pas, je veux dire litterairement mais je l' ai vu dans pas mal d' emissions, litteraires justement et le personnage m' intrigue assez

Stéphie, Domi et toute la clique a dit…

ah oui, j'aime beaucoup cette auteure.. "les heures souterraines" m'ont subjuguée ! "No et moi" aussi... "jours sans faim", sous un autre pseudo, très bon également...
Là, je viens de me trouver "les jolis garçons"... et je cherche "un soir de décembre", le roman qui a vraiment fait parler d'elle...
Delphine de Vigan, une valeur sûre !!

Val a dit…

J'avais adoré "No et moi" et celui ci est une petite perle aussi...
Mon mois pour toi est en ligne :)

chocoladdict a dit…

je crois que ces autres livres sont aussi bien..j'ai une collègue qui les a lus et me les a vivement conseillés

Audrey a dit…

oui! J'ai lu No et moi , l'histoire de 2 ados dont l'une est SDF..pas mal du tout!

George a dit…

je n'ai encore rien lu de cette auteure mais je pense que je lirai ce roman quand il sortira en poche !

Le Chat a dit…

c'est drôle je l'ia lu en même temps que toi... et ai beaucoup aimé.

No et moi, tu connais ? Même écriture sensible...

Lolotte a dit…

Tu me donnes vraiment très envie de lire ce livre dont on a beaucoup parlé au moment du Goncourt. Maintenant que j'ai un peu plus de temps ...